A la reconquête des légumes anciens oubliés

Publié le par chevalier Epicurien

legumes-anciens.jpgDans cette société de consommation, nous avons le droit à une standardisation des produits, tout changement est difficilement accepté par le consommateur. Pourquoi rester sur ce que l'on connaît.....Sortez des sentiers battus, faites vous plaisir, faites entrez de nouvelles saveurs, de nouvelles couleurs, des textures, et réhabilitez les légumes anciens.

Alors laissez vous tenter par une tombée de pousses de tétragone, ou des petits fagots de haricots blauhilde dont la couleur violette sera du plus belle effet dans vos assiettes.

Il me semble important de dépasser certaines réticences, l'éducation du goût, des saveurs passe par cette volonté de goûter tout produit afin d'en extraire son intérêt culinaire.

patisson.jpgIl est difficile de faire le tour de tous ses légumes, tels que :

le pâtisson (de la famille des cucurbitacées, le pâtisson est également surnommé artichaut d’Espagne, artichaut d’Israël ou bonnet d’électeur.  Ce Légume à une  chair aqueuse rafraîchissante et contient nombre de vitamines, de minéraux et d'antioxydants. La meilleure façon de le préparer est de le farcir en prenant soin de garder la peau, mais vous pouvez aussi le préparer en gratin avec des pommes de terre et des lardons),

le rutabaga (croisement entre le chou et le navet ressemblant à s’y méprendre à ce dernier tout en ayant une saveur de chou et en plus il est peu calorique),

crosnes.jpgle topinambour (c'est l'ancêtre de la pomme de terre, vos grands parents en ont mangés. Originaire d’Amérique du Nord, l’artichaut d’hiver, ainsi surnommé, est très riche en fer, en vitamines B et en fibres (7g/100g). Apporté en France au XVIIe, il fut rapidement supplanté par la pomme de terre. Mais quoi de mieux qu'une petite purée de topinambour, pour au mieux apprécier ce légume).

De nombreux chefs cuisiniers (comme jean marie baudic du youpala bistrot, alain passart, marc veyrat ou guy martin remettent au goût du jour ces légumes, et parfois c'est déconcertant que ce soit dans des saveurs que nous avons perdu, dans les couleurs. si on vous sert des carottes, vous allez la décrire longue avec une couleur orange, mais vous avez aussi des carottes blanches, violettes, jaunes, alors tentez la différence, votre palet vous remerciera.

Ce qui doit primer avant tout, c'est le désir de retrouver une alimentation équilibrée, respectueuse des saisons, et si certains légumes tels que le rutabaga ou le topinambour ont pâti de leur histoire (ces légumes constituaient la base de l'alimentation durant la seconde guerre mondiale, d'autres ont été oubliés au profit de la standardisation.

Alors un conseil, goûtez, laissez vous tenter par les topinambours, panais, crosnes, pourpiers, salsifis, coloquintes, tétragones, pâtissons et autres cerfeuils tubéreux que vous pouvez trouver sur les étals de vos marchés.

 

Dépassez vos craintes, une seule chose à retenir, votre corps vous remerciera, et quoi de meilleur que de connaître autre chose que ce qui existe, il y a mille et une saveurs dans la nature, alors tous à vos cabas et en ce samedi, tous au marché.

 

Publié dans légumes

Commenter cet article